Travailler dans un autre pays Boortmalt, c'est possible

vert

Travailler dans un autre pays Boortmalt, c'est possible

Chez Boortmalt, vous pouvez vous épanouir d’un point de vue professionnel… par-delà les frontières
 

Avec sa conjointe Éva et leur fille Anett (9 ans), Péter Zsoldos (54 ans) a quitté la Hongrie pour s’installer en Grande Bretagne. Anett fréquente maintenant l’école primaire de son nouveau pays
 

 

Chez  Boortmalt depuis… 'Je travaillais depuis 1994 à la malterie de Dunaújváros lorsque le site a été repris en 2006 par Boortmalt.’

Job précédent en Hongrie : ‘Quality & Storage Supervisor.’ Job actuel à Bury St. Edmunds : ‘Laboratory Manager. Mon but est de me donner à fond avec mon équipe pour accroître la réputation du laboratoire. Je suis fier de collaborer avec eux et je suis impatient de pouvoir encore améliorer les choses avec mon équipe.’

Parti travailler en Angleterre parce que… ‘Ma famille et moi-même voulions améliorer notre anglais depuis un petit moment. Déménager en Grande-Bretagne était idéal pour cela. Et comme je pouvais rester chez Boortmalt, nous avions toutes les garanties nécessaires pour faire le grand saut. Mes supérieurs et collègues en Hongrie ont parfaitement compris que je devais saisir cette opportunité. Chacun m’a soutenu avec enthousiasme.’

Dans quelle mesure le déménagement a-t-il été difficile ? ‘Maintenant que je regarde en arrière, c’est comme si tout était allé de soi. Bien sûr, je me posais des milliers de questions, mais j’ai pu compter sur l’aide de chacun au sein de l’entreprise. Je tiens une fois encore à les remercier tous pour leur aide.

Qu’avez-vous découvert en Grande-Bretagne ? ‘Que les traditions sont très importantes en Angleterre. Et que ma fille doit porter un uniforme pour aller à l’école. Elle trouve ça plutôt sympa. Sur le plan personnel : dans les années ’70 en Hongrie – alors que le pays se trouvait encore de l’autre côté du rideau de fer –, j’étais un grand fan de rock anglais. Lorsque je circule  maintenant en Grande-Bretagne, j’entends ces mêmes chansons à la radio et je réalise que j’habite désormais dans le pays où elles ont été écrites et enregistrées. J’adore ça !’

La Hongrie vous manque-t-elle ? ‘Énormément. La famille. Les amis et certaines habitudes. Même si nous nous sentons comme chez nous, nous pensons encore souvent à notre vie précédente. Oh, et la soupe au poisson. La soupe au poisson me manque !’ (rire)

Recommanderiez-vous à chacun d’aller travailler à l’étranger ? ‘Très certainement !Qui travaille dans une entreprise internationale comme Boortmalt et a l’opportunité d’aller travailler dans un autre pays, passerait à côté d’une expérience unique en ne franchissant pas le pas.’